Rechercher

Search
Generic filters
Exact matches only
  • L’ambition de l’UTC : faire circuler la connaissance

    La recherche tech­no­lo­gique à l’UTC repose sur une recherche diver­si­fiée qui mul­ti­plie ain­si les fron­tières et les inter­faces, et où les concepts se frottent, se fric­tionnent et dégagent des inno­va­tions. Aus­si, la recherche à l’UTC est inter­dis­ci­pli­naire et inter­cul­tu­relle.

    Introduction

    Il s’a­git de croi­ser non seule­ment les dis­ci­plines, mais aus­si les pos­tures et les lieux de recherche, et ain­si faire cir­cu­ler les savoirs et pra­tiques entre les dis­ci­plines, l’u­ni­ver­si­té et la socié­té, le labo­ra­toire et l’en­tre­prise, mais aus­si entre le public et le pri­vé. 

    L’UTC ras­semble près de 300 acteurs de la recherche et 280 doc­to­rants. Elle s’ef­force de pro­mou­voir une recherche à la fois per­ti­nente dans un domaine don­né et ouverte aux inter­faces entre les domaines (trans­port et com­mu­ni­ca­tion, bio­lo­gie, ingé­nie­rie pour la san­té, méca­nique, infor­ma­tique et sciences humaines et sociales). Les pro­jets ain­si créés sont au cœur d’une recherche par­te­na­riale publique / pri­vée.

    La recherche technologique

    Lorsque l’on parle de « la tech­no­lo­gie », il est géné­ra­le­ment fait réfé­rence à l’é­tude des tech­niques, ce qui est à dis­tin­guer « d’une tech­no­lo­gie », qui regroupe les méthodes et tech­niques autour de réa­li­sa­tions indus­trielles.

    L’UTC est une pla­te­forme de recherche tech­no­lo­gique qui allie une poly­va­lence scien­ti­fique à une foca­li­sa­tion sur des sec­teurs tech­no­lo­giques d’ap­pli­ca­tion ou de fina­li­sa­tion. En effet, la tech­no­lo­gie n’ap­par­tient à aucune dis­ci­pline scien­ti­fique en par­ti­cu­lier, mais elle les convoque depuis les ter­rains où elle se construit et en fonc­tion des dif­fé­rentes pro­blé­ma­tiques qu’elle sus­cite.

    La recherche tech­no­lo­gique est donc une manière de faire de la recherche sus­cep­tible de mobi­li­ser un ou plu­sieurs domaines scien­ti­fiques comme la bio­lo­gie, la méca­nique ou encore la chi­mie. On par­le­ra ain­si par exemple de recherche tech­no­lo­gique en bio­tech­no­lo­gie, en méca­tro­nique, en génie des pro­cé­dés. Une défi­ni­tion de la recherche tech­no­lo­gique a été don­née par Guy Denié­lou à la créa­tion de l’UTC : « La tech­no­lo­gie est le nom que prend la science quand elle a pour objet les pro­duits et outils de l’in­dus­trie humaine. »

    › Cela implique pour l’UTC :

    • d’al­lier une poly­va­lence scien­ti­fique, mobi­li­sant une grande diver­si­té de dis­ci­plines, à une conver­gence tech­no­lo­gique, c’est-à-dire une foca­li­sa­tion sur des axes tech­no­lo­giques d’ap­pli­ca­tion per­ti­nents d’un point de vue socié­tal.
    • de dis­po­ser de struc­tures d’a­ni­ma­tion dans les domaines de la for­ma­tion et de la recherche, sus­ci­tant l’é­change et la créa­ti­vi­té.
    • de favo­ri­ser de nou­veaux types de dia­logue avec ses par­te­naires ins­ti­tu­tion­nels et le monde socio-éco­no­mique via un éco­sys­tème d’in­no­va­tion et de créa­ti­vi­té, ancré au niveau local et de rayon­ne­ment inter­na­tio­nal.

    Une polyvalence scientifique

    L’UTC veut se don­ner les moyens d’a­voir une réponse inté­grée et inté­grante sur un nombre res­treint de pro­blé­ma­tiques de réfé­rence en mobi­li­sant une grande diver­si­té de dis­ci­plines scien­ti­fiques. Ces pro­blé­ma­tiques relèvent d’en­jeux socié­taux, de dif­fi­cul­tés posées par les métiers et ren­con­trées dans l’in­te­rac­tion avec la socié­té, où la pro­duc­tion de connais­sances est jus­ti­fiée et mobi­li­sée par les besoins de la socié­té et des hommes selon les exi­gences de l’ac­tion et de son opé­ra­tion­na­li­té.

    Cette diver­si­té scien­ti­fique est mise au ser­vice d’une conver­gence tech­no­lo­gique qui se décline à l’UTC autour de 3 axes thé­ma­tiques d’in­no­va­tion qui sont abor­dés selon une approche inter­ac­tion homme-sys­tèmes tech­no­lo­giques :

    • Tech­no­lo­gies bio-ins­pi­rées et bio-éco­no­mie,
    • Trans­ports intel­li­gents propres, sûrs et inté­grés,
    • Ingé­nie­rie et san­té.

    À tra­vers ses 9 uni­tés de recherche, l’UTC déve­loppe une logique de site concen­trant, sur un même lieu à Com­piègne, des com­pé­tences humaines et scien­ti­fiques fon­dées sur la diver­si­té et la com­plé­men­ta­ri­té faci­li­tant l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té. Cette logique cor­ro­bore ain­si ses thé­ma­tiques et pro­longe ses axes de déve­lop­pe­ment. L’UTC est ain­si for­te­ment impli­quée dans deux pôles de com­pé­ti­ti­vi­té à voca­tion mon­diale : i-Trans, qui porte sur les trans­ports ter­restres, et Indus­tries et agro-res­sources (IAR), qui est dédié aux bio­tech­no­lo­gies et en par­ti­cu­lier à l’ex­ploi­ta­tion de la plante entière à des fins indus­trielles.

    Son ancrage ter­ri­to­rial, à tra­vers notam­ment sa forte par­ti­ci­pa­tion à la poli­tique régio­nale de recherche, per­met de construire des struc­tures d’am­bi­tion et de visi­bi­li­té natio­nales et inter­na­tio­nales.

    Création du 1er collegium UTC / CNRS

    L’UTC et le CNRS se sont asso­ciés dans la créa­tion du 1er col­le­gium UTC / CNRS : un dis­po­si­tif unique ancré dans la for­ma­tion, la recherche et l’in­no­va­tion favo­ri­sant tou­jours plus l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té. Cette créa­tion s’ins­crit dans une démarche com­mune pour déve­lop­per des par­te­na­riats, ren­for­cer la recherche tech­no­lo­gique et accroître leur visi­bi­li­té.

    Partenariats soutenus par le ministère délégué à la Recherche ou des EPIC

    L’UTC a déve­lop­pé des par­te­na­riats scien­ti­fiques notam­ment sou­te­nus par des EPIC (éta­blis­se­ments publics à carac­tère indus­triel et com­mer­cial) comme :

    • l’ADEME (Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie),
    • Bpi­france,
    • le CEA (Com­mis­sa­riat à l’éner­gie ato­mique),
    • le CIRAD (Centre de coopé­ra­tion inter­na­tio­nale en recherche agro­no­mique pour le déve­lop­pe­ment),
    • le CNES (Centre natio­nal d’é­tudes spa­tiales),
    • l’INERIS (Ins­ti­tut natio­nal de l’en­vi­ron­ne­ment indus­triel et des risques),
    • le CEREMA (Centre d’é­tudes et d’ex­per­tise sur les risques, l’en­vi­ron­ne­ment, la mobi­li­té et l’a­mé­na­ge­ment),
    • le CETIM (Centre tech­nique des indus­tries méca­niques).

    Partenariats avec les entreprises

    Les par­te­na­riats avec le sec­teur éco­no­mique et les entre­prises vont jus­qu’à la créa­tion de labo­ra­toires com­muns. Un labo­ra­toire com­mun est un pro­jet scien­ti­fique impor­tant, géné­ra­le­ment d’une durée de quatre ans, entre un ou plu­sieurs acteurs du sec­teur éco­no­mique et une ou plu­sieurs uni­tés de recherche de l’é­ta­blis­se­ment, impli­quant des moyens finan­ciers et humains de cha­cun des par­te­naires.

    Cinq labo­ra­toires com­muns ont été créés :

    • UTC-Valeo pour le déve­lop­pe­ment de l’al­ter­no-démar­reur ;
    • PROCEDIS, asso­ciant l’UTC et l’INERIS (Ins­ti­tut natio­nal de l’en­vi­ron­ne­ment indus­triel et des risques) pour la mise en com­mun des moyens et com­pé­tences en pro­cé­dés et ana­lyses ;
    • LATIM, asso­ciant l’UTC, le CNRS et le CETIM (Centre tech­nique des indus­tries méca­niques) sur les tech­no­lo­gies de trai­te­ment de l’in­for­ma­tion en méca­nique ;
    • SIME, asso­ciant l’UTC, le CNRS et SUEZ Envi­ron­ne­ment, pour le déve­lop­pe­ment de sys­tèmes intel­li­gents des métiers de l’eau ;
    • LHN asso­ciant l’UTC, le CNRS et le CETMEF (Centre d’é­tudes tech­niques mari­times et flu­viales) sur l’hy­drau­lique numé­rique.

    Le labo­ra­toire com­mun est un excellent outil pour mener une action par­te­na­riale pérenne ; c’est aus­si un moyen dans lequel le trans­fert et la fer­ti­li­sa­tion croi­sée sont faci­li­tés.

    Partenariats avec la Région Hauts-de-France

    Le plan stra­té­gique pour l’in­no­va­tion en Hauts-de-France s’or­ga­nise autour de 3 prio­ri­tés, qui s’ar­ti­culent en 7 axes. Ces 3 prio­ri­tés s’ap­puient sur un tryp­tique for­ma­tion / recherche / entre­prise :

    • Foca­li­sa­tion : accroître la visi­bi­li­té de la Picar­die sur quelques sec­teurs forts en termes de com­pé­ti­ti­vi­té indus­trielle et de recherche.
    • Sec­teurs émer­gents : pré­pa­rer le déve­lop­pe­ment éco­no­mique de demain en sti­mu­lant l’in­no­va­tion au sein de sec­teurs émer­gents.
    • Pro­jets : faire émer­ger davan­tage de pro­jets d’in­no­va­tion au sein d’un dis­po­si­tif régio­nal mieux coor­don­né.

    › 7 axes stra­té­giques pour l’in­no­va­tion en Hauts-de-France :

    • Méca­nique, maté­riaux, fibres ;
    • Agro-res­sources, chi­mie verte ;
    • Trans­port, mul­ti moda­li­té, logis­tique avan­cée ;
    • Bâti­ment durable ;
    • Auto­no­mie des per­sonnes, san­té ;
    • Maî­trise des risques et envi­ron­ne­ment ;
    • Créa­tion de l’A­gence régio­nale de l’in­no­va­tion de Picar­die.

    Partenariats internationaux

    L’UTC a choi­si une stra­té­gie de coopé­ra­tions inter­na­tio­nales fortes avec un nombre limi­té de pays afin d’é­vi­ter la dis­per­sion.

    • Chine : sur le modèle de l’UTC et en lien avec l’u­ni­ver­si­té de Shan­ghai, les 3 uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gie Bel­fort-Mont­bé­liard, Com­piègne et Troyes ont créé l’uni­ver­si­té de tech­no­lo­gie sino-euro­péenne de Shan­ghai (UTSEUS). Elle per­met notam­ment une fer­ti­li­sa­tion croi­sée en recherche par la créa­tion de labo­ra­toires com­muns et de doc­to­rats en cotu­telle, par exemple avec la créa­tion du labo­ra­toire Com­plex­Ci­ty.
    • Mexique : LAFMIA est un labo­ra­toire com­mun fran­co-mexi­cain créé avec l’INPG, l’É­cole cen­trale de Nantes et le CINESTAV, orga­nisme de recherche mexi­cain. Ce labo­ra­toire a reçu le sou­tien du minis­tère délé­gué à la Recherche et du CNRS.
    • Bré­sil : de nom­breuses col­la­bo­ra­tions aca­dé­miques existent avec plu­sieurs états et plu­sieurs uni­ver­si­tés.
    • États-Unis : des pro­jets scien­ti­fiques sont cofi­nan­cés France-NSF.
    • Liban : une for­ma­tion mas­ter recherche, condui­sant à des pro­jets de recherche com­mune, a été créée avec l’U­ni­ver­si­té liba­naise. Cette coopé­ra­tion inté­resse plu­sieurs uni­tés de l’UTC.
    À lire sur Inter­ac­tions
    searchuserenvelopenewspaper-olaptop-phone
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram